Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

La transformation numérique à laquelle nous assistons entraîne une modification profonde de nos environnements. Véritable phénomène sociétal, la « e-transformation » a des impacts autant sur la sphère privée que publique. L’apparition de ces nouvelles technologies a bouleversé le quotidien de chacun et les entreprises ont dû s’adapter en restructurant et en réorganisant leurs organes internes. Bien que l’Afrique soit aujourd’hui aux prémices du développement des technologies, le continent regorge d’opportunités et dispose d’un fort potentiel numérique conséquent auquel il convient de s’attarder.

La révolution numérique est en marche. Avoir recours aux nouvelles technologies dans un environnement de travail et les utiliser au maximum de leurs capacités s’avèrent désormais une nécessité pour favoriser le business et pérenniser une entreprise. Touchant l’ensemble des secteurs d’activités et les structures de toutes tailles, la transformation digitale se trouve de nos jours au cœur de la stratégie des entreprises. L’Afrique n’est pas épargnée par cette révolution et le continent développe ses propres écosystèmes numériques.

« Proposer des solutions africaines pour résoudre des problèmes africains ». L’accélération de la transformation numérique en Afrique est un des enjeux de l’Union africaine (UA). En mars dernier, l’UA et le Groupe de haut niveau des Nations Unies sur la coopération numérique se sont réunis dans une série de dialogues qui portaient sur la coopération numérique en Afrique, afin de renforcer la voix et la présence de l’UA dans les négociations mondiales portant sur les données numériques, la cybersécurité et l’intelligence artificielle. Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations Unies, a personnellement mandaté des experts pour dresser un constat et répertorier les opportunités et les défis de la coopération numérique sur le continent africain. A l’issue de ces échanges, l’UA s’est réjouie de la progression du numérique dans les domaines de l’éducation, de l’agriculture et de l’économie. Mais l’organisation appelle « à renforcer la présence et les investissements de l’Afrique dans la transformation numérique à travers le continent [car] la coopération transfrontalière, entre les industries et les secteurs, ainsi que des politiques numériques efficaces, sont essentiels pour l’avenir de la transformation numérique de l’Afrique ».

Malgré une vive volonté de développer les technologies modernes en Afrique, le continent reste tributaire des installations numériques et de l’accès à l’internet, qui sont encore très restreints dans certaines régions. Pour pallier à cela, des initiatives sont développées comme le programme « Microsoft 4 Africa », exclusivement conçu pour le continent africain, initié par le géant du numérique il y a cinq ans pour permettre l’accélération de la transformation digitale. Yacine Barro, directrice générale de Microsoft en Afrique de l’Ouest, a fait de la transformation numérique l’un de ses principaux défis à relever. Pour ce faire, elle contribue grandement au développement du numérique sur le continent et prône l’importance des femmes dans ce domaine. Les 13 et 14 juin derniers, les experts du numérique se sont réunis à l’occasion de la « journée de la femme digitale », à Dakar, afin de partager leurs expériences et apporter de nouvelles solutions, notamment en faisant des « femmes africaines les motrices de la digitalisation ».

« Le numérique doit pénétrer tous les pans de l’économie afin de soutenir pleinement la croissance. A commencer par les PME ». Pour Yacine Barro, il faut soutenir entrepreneuriat des femmes et des plus jeunes dans le digital. En effet, d’ici 2015, l’Afrique comptabilisera près de 850 millions de personnes âgées de 15 à 35 ans. Il faut, par conséquent, répondre aux besoins de cette jeunesse en développant le numérique, ce qui permettra la création d’entreprises et d’emplois. L’Afrique doit intégrer le numérique dès à présent afin de tirer profit de son capital humain. Dans les prochains mois, un partenariat multipartite composé de l’UA, du Groupe de haut niveau sur la coopération numérique, de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), de l’Union internationale des télécommunications (UIT) et du Forum sur la gouvernance de l’Internet, se retrouveront à nouveau dans une série de dialogues publics et régionaux pour discuter des priorités de l’Afrique sur les questions relatives au numérique.

 

Sitographie / Bibliographie

 « L’Afrique se construit brique après briques », Samir Abdelkrim, Les clés de demain, 08/02/2016 https://lesclesdedemain.lemonde.fr/point-de-vue-influenceur/-l-afrique-se-construit-brique-apres-brique-_a-94-5513.html

L’Union africaine plaide pour l’accélération de la transformation numérique en Afrique, Emmanuel Atcha, La Tribune Afrique, 31/03/2019, https://afrique.latribune.fr/africa-tech/2019-03-31/l-union-africaine-plaide-pour-l-acceleration-de-la-transformation-numerique-en-afrique-812633.html#xtor=AL-13

Nafissatou, Arielle, Afua… ces entrepreneures qui changent l’Afrique grâce au numérique, Stéphanie O’Brien, Le Figaro, 19/06/2019 ?http://madame.lefigaro.fr/business/afrique-journee-de-la-femme-digitale-dakar-revolution-numerique-190619-165632

Transformation numérique en Afrique : Un challenge pour la formation et l’emploi ?, Club Efficience, 03/06/2018, https://club-efficience.com/fr/transformation-numerique-afrique-challenge-formation-lemploi/

Source image : South Africa lagging behind in digital transformation, WebAfrica, 26/05/2017, http://www.itwebafrica.com/ict-and-governance/267-south-africa/237914-south-africa-lagging-behind-in-digital-transformation

Revue : Jeune Afrique, Les 500 premières entreprises africaines, Hors-série N°50

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Les commentaires sont clos.