Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

L’intégration du continent africain s’accélère aujourd’hui sur le marché international. C’est ce que souligne l’étude « ONE AFRICA » faite par le Boston Consulting Group. Les conglomérats locaux situés sur le continent africain ont réussi à faire tomber les barrières jusqu‘alors formées.

En effet, les barrières géographiques, géopolitiques, réglementaires et d’infrastructures ont empêché pendant de nombreuses années aux entreprises africaines situées sur le continent de se développer économiquement et de peser sur le marché international. Néanmoins, ces frontières physiques ou économiques ont été supprimées sous l’impulsion de l’Union africaine, désireuse de favoriser l’émergence d’un marché commun.

Dans son rapport, le BCG montre que, parmi les 150 entreprises pionnières en Afrique, la moitié est constituée d’entreprises locales, venant majoritairement d’Afrique du Sud et du Maroc.

Ces 150 entreprises basent leur croissance sur 8 leviers contribuant à leur succès mais aussi à l’intégration économique du continent. En effet, parmi ces entreprises, 80 d’entre elles sont présentes dans plus de 10 pays africains. Cela montre donc bien à quel point les entreprises africaines ont le vent en poupe et à quel point elles peuvent se développer sur le continent !

Ces entreprises ont su s’intégrer à la situation locale et ont su innover pour s’adapter aux besoins de la population africaine. Ces fameux conglomérats pan-africains ont aussi réussi à accroître leur développement sur le continent en misant particulièrement sur les meilleurs talents identifier sur les marchés sous-régionaux ou dans la diaspora.

Les conglomérats africains ont donc fortement contribué à l’évolution des marchés économiques sous-régionaux et à l’intégration africaine dans son ensemble. Véritables champions du continent, il faut aujourd’hui compter sur eux pour tirer la croissance du continent.

Source 

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Les commentaires sont clos.