Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

nollywood

Saviez-vous qu’en matière cinématographique, le Nigéria est le deuxième plus grand producteur de films au monde ? La production atteint près de 2 500 films chaque année. L’industrie du cinéma a pris son envol au Nigéria en 1992 lors de la sortie du long-métrage, « Living in Bondage » (Vivre en servitude), avec plus de 300 000 cassettes VHS vendues. Une première dans l’histoire du cinéma Nigérian !

Il faut ensuite attendre l’année 2002, et l’emploi par un journaliste du New York Times, Norimitsu Onishi, du terme Nollywood, un Hollywood Made in Nigéria. Certain l’interprète aussi comme « Nothing-Wood » afin d’apporter l’idée, qu’au Nigéria, produire un film peut se faire à partir de “rien”.

C’est d’ailleurs ce que souligne le cinéaste Ugezu J. Ugezu au journaliste Norimitsu Onishi : ‘’A Nollywood, vous ne perdez pas de temps. […] ce n’est pas l’aspect technique qui rend nos films si populaires. C’est grâce à l’histoire. Nous racontons des histoires africaines”, privilégiant ainsi la quantité à la qualité.

L’industrie du film au Nigéria a généré près de 600 millions de dollars en 2014 devenant ainsi le deuxième plus grand employeur du pays. Des revenus optimisés, en comparaison avec les super productions hollywoodiennes, puisque le coût d’un tournage de film au Nigeria varie entre $15 000 et $40 000. Rapportés aux revenus générés, cela représente un gain environ 6 fois supérieur à son investissement initial !

Il est donc facile de comprendre que ce phénomène attire de plus en plus de monde. Né de l’envie d’optimiser le réseau de distribution de cet art tant prisé sur le continent, Jason Njoko a su rendre celui-ci moins cher et plus efficace avec son service de streaming créer en 2010, iROKOtv, aussi appelé le Netflix Africain. Un partenariat s’élevant à plusieurs millions d’euros entre le groupe Canal+ et iROKOtv a été initié en décembre 2015 lançant ainsi le service SVOD (vidéo à la demande par abonnement), iROKO+.

Ce n’est d’ailleurs pas le seul puisqu’en 2012, la chaine de télévision « Nollywood TV » a fait son apparition et est maintenant proposée par l’ensemble des fournisseurs d’accès internet français.

Le « Story Telling » à l’africaine a donc encore de beaux jours devant lui…et le phénomène Nollywood s’étend désormais à d’autres pays d’Afrique sub-saharienne désireux de mettre en scène leurs propres histoires de la vie quotidienne.

 

Sources : http://www.forbesafrique.com/Nollywood-le-cinema-nigerian-decomplexe_a247.html; http://www.mpaa.org/wp-content/uploads/2017/03/MPAA-Theatrical-Market-Statistics-2016_Final.pdf ; https://www.nytimes.com/2016/02/19/world/africa/with-a-boom-before-the-cameras-nigeria-redefines-african-life.html; https://www.britishcouncil.org/voices-magazine/nollywood-second-largest-film-industry ; https://www.good.is/articles/iroko-nollywood-nigerian-film ; https://www.theatlantic.com/international/archive/2014/04/how-nigeria-became-africas-largest-economy-overnight/360288/

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire