Morgan Philips Group acquiert les activités de recrutement d'Hudson en Europe

Voir
Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Les prévisions de croissance du PIB et la meilleure conjoncture économique laissent à penser que les offres d’emplois vont augmenter dans certains secteurs. Les métiers techniques et de l’industrie sont les plus recherchés.

 

marche_emploi_suisse

 

Le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) prévoit, en effet, une croissance du PIB suisse de 2,3% pour l’année 2018. Ce chiffre est meilleur que 2017, où la prévision de croissance était de 1%. La Suisse va désormais mieux selon les prévisionnistes, notamment grâce une économie mondiale en bonne forme et à la dépréciation du franc suisse depuis l’été 2017. Les perspectives d’emploi dans la Confédération sont plutôt bonnes pour les mois qui viennent avec une dynamique de l’emploi qui retrouve une certaine vitalité.

 

Si l’emploi recule dans beaucoup de secteurs, les prévisions de recrutements pour les métiers techniques sont en hausse. Globalement, les entreprises suisses semblent avoir retrouvé un optimisme certain après plusieurs mois difficiles dus notamment à un franc suisse élevé et donc un taux de change CHF/EUR pénalisant pour les exportations. En effet, l’offre d’emploi a particulièrement augmenté dans les métiers techniques et scientifiques (35%). Mais elle a aussi progressé dans le secteur industrie et transport (23%) et dans les métiers de l’informatique (20%). À l’inverse, une baisse a été constatée dans l’enseignement et les services publics (-6%), la finance et la fiducie (-8%) et le commerce et la vente (-10%). La preuve en est que les profils les plus recherchés en février sont les spécialistes de la logistique (14,1%), de l’audit (11,5%), de l’informatique (9,6%) et de la pharma (7,1%). En somme, les branches tournées vers l’exportation sont les moteurs de la demande. Les entreprises de l’industrie et du transport ont ainsi affiché une solide augmentation, avec 29% de postes supplémentaires à repourvoir.

 

Quelles sont les raisons de cette hausse d’intérêt sur les métiers techniques ?

 

Tout d’abord, la reprise des exportations qui a redonné confiance à l’industrie, de sorte que des postes peuvent être à nouveau créés et mis au concours.

 

Autre raison de cette hausse d’intérêt pour les métiers techniques : la reprise du secteur de l’horlogerie. Depuis le printemps 2017, la valeur des exportations de montres a augmenté de 3% par rapport à 2016. La majorité des cadres se montrent optimistes quant aux perspectives du secteur horloger suisse et pour les principaux marchés d’export pour les 12 prochains mois. Autre indice qui fait la lumière sur la santé du secteur : la volonté de recrutement est également en progression. Fin 2017, 206 offres d’emploi étaient à pourvoir.

 

L’intérêt pour les métiers techniques peut aussi s’expliquer par la numérisation croissante de la société. De plus en plus, les entreprises recherchent des spécialistes en logistique ou en informatique afin de pouvoir suivre l’avancement des nouvelles technologies. Il est important de noter que celles-ci permettent de créer des emplois en Suisse.

 

Avec l’évolution du monde professionnel vers plus d’automatisation et de digitalisation (cf Industrie 4.0), les métiers techniques sont un secteur d’avenir. Ils devraient concentrer la majorité des hausses d’emplois ces prochains mois.

 

>> En savoir plus sur notre bureau de chasse de têtes à Genève. 

 

Timothée Gaignault, Associate Director Morgan Philips en collaboration avec Miguel Hernandez

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Les commentaires sont clos.