Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

africa_headhunter

L’ensemble du continent africain ressemble aujourd’hui à un vaste laboratoire de projets et programmes déployés autour des TIC (technologie de l’information et de la communication). Selon la BAD (Banque Africaine de Développement), et la Banque Mondiale, les TIC sont facteurs de développement et de croissance pour le continent Africain.

Ces deux entités ont conjointement travaillé sur l’identification de pratiques en matière d’utilisation des TIC dans les secteur-clés de l’économie africaine comme l’agriculture, l’adaptation aux changements climatiques, l’éducation ou les services financiers.

Selon eux, l’Afrique recèle un potentiel fructueux en à la matière, notamment dans la téléphonie mobile et l’information qu’elle diffuse. Encourager les TIC est, toujours selon la BAD, essentiel à l’amélioration des conditions de vie des Africains mais stimule également l’entrepreneuriat, la croissance économique et l’innovation.

Sur ce dernier point, il est important de noter que l’Afrique se projette en tant que véritable hub d’innovation. En effet, à la différence de la Silicon Valley plutôt à la pointe des avancées technologiques, l’Afrique se démarque sur sa capacité à apporter des solutions aux challenges du quotidien (cf. article du mois de Juillet sur le CardioPad) jouant ainsi un rôle transformationnel.

Et en termes de transformation, il n’est pas nécessaire d’aller chercher bien loin. Le développement des réseaux de télécommunication en est le principal acteur. Dans un de nos articles, nous vous avions présenté le M-PESA, cette monnaie mobile très populaire en Afrique sub-saharienne. Cette dernière s’est vu décrite comme l’une des meilleures applications mobiles au monde par la BAD, permettant ainsi d’apporter une solution au problème de bancarisation que rencontrent une majorité des pays africains.

Ce qui n’était au début qu’un moyen de faciliter le remboursement d’un microcrédit au Kenya s’est vu transformer les vies des personnes et indirectement modifier le secteur bancaire.

L’éducation, la santé sont aussi des secteurs fortement impactés par le développement des TIC en Afrique.

Le partage d’information et la chaîne de valeur ainsi créée obligent à repenser les facteurs clé de succès du développement et de la croissance en Afrique. C’est ainsi tout un écosystème qui est en mutation et qui, à bien des égards, servira même d’exemples aux plus anciennes économies d’Europe ou d’Amérique.

https://www.afdb.org/fr/news-and-events/technology-can-help-africa-leap-frog-development-challenges-11840/

https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Publications/The_Transformational_Use_of_Information_and_Communication_Technologies_in_Africa.pdf

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire