Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Selon un rapport de l’organisation des Nations Unies, la population mondiale atteindra les 9,1 milliards d’habitants d’ici 2050, soit une hausse de 34% par rapport à la population actuelle. Cette évolution nous amène évidemment à nous interroger sur notre capacité à subvenir aux futur besoins de cette population montante.

Cette croissance impacte tous les pays émergents, et l’Afrique se verra, selon les estimations de cette étude, abriter plus de 2 milliards d’habitants.

 

africa

La production globale agricole devra donc accroître de 70% afin de pouvoir faire face à cette hausse.

En Afrique, l’agriculture représente près de 30% du PIB sur le continent et emploie près de 60% de sa population active. Cependant sa productivité est très souvent mise en péril à cause de divers facteurs tels que les changements climatiques, la mobilité des jeunes populations rurales qui migrent vers les villes, ainsi qu’un accès à l’eau parfois difficile dans ces dernières.

Certains entrepreneurs africains œuvrent dès lors pour améliorer les conditions de travail et les performances des agriculteurs. Ces jeunes start-ups révolutionnent ce secteur grâce aux nouvelles technologies permettant d’apporter des prévisions météorologiques bien plus précises, de projeter des images aériennes satellites ou de drone, ou même d’exploiter des informations sur la qualité de la terre travaillée.

Ce développement se joue sur deux aspects : le Big Data &  l’accès aux nouvelles technologies.

Ses deux aspects ont comme point commun le partage de l’information qui a été favorisé avec l’ouverture vers l’Internet des objets (Internet of Things) rendant ces technologies plus accessibles.

 

L’accès au Big Data

C’est sur ce point que repose l’ensemble des innovations, grâce à l’apport d’informations nouvelles, qui contribue au développement de nouveaux outils d’aide à la décision, du développement d’application ou de nouveaux services web.

UjuziKilimo, Start-up Kenyan propose aux agriculteurs une analyse de données « intelligentes ». Elle collecte des données en temps réel sur la qualité du sol et la météo favorisant la prise de décision et informe l’agriculteur par le biais de SMS interactif, apportant des détails précis sur ces derniers. Cela évite ainsi le gaspillage et permet aussi aux acteurs agricoles d’être informés sur l’évolution du marché.

 

L’accès aux nouvelles technologies.

Zenvus, start-up Nigériane, évalue et analyse certaines données déterminantes à l’exploitation du sol comme sa température, ses nutriments et sa santé d’un point de vue végétal. Ces informations permettent ainsi aux agriculteurs d’optimiser le traitement de leurs exploitations agricoles avec une meilleure irrigation et l’utilisation d’engrais appropriés, favorisant ainsi leur performance.

C’est donc armée et pleine d’espoir que l’Afrique se lance dans cette nouvelle révolution verte. Un obstacle majeur demeure tout de même avant de généraliser ces pratiques sur l’ensemble du continent : la nécessité de convaincre les acteurs de l’agriculture de l’intérêt de ces nouveaux savoir-faire. Certains ont encore résistants au changement, et il faudra encore quelques années de dialogues et d’apprentissage pour sensibiliser les agriculteurs au bien fondé de ces nouvelles approches.

 

Sources : Harvard Business Review ; Ministère de l’agriculture ; UjuziKilimo ; Zenvus 

http://www.fao.org/fileadmin/templates/wsfs/docs/expert_paper/How_to_Feed_the_World_in_2050.pdf

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire