Morgan Philips Group acquiert les activités de recrutement d'Hudson en Europe

Voir
Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

transformation_digitale

Si dans l’esprit collectif la digitalisation d’une société est d’abord vue comme un défi technologique il convient de comprendre qu’elle est avant tout culturelle et organisationnelle.

Il s’agit moins de mettre en place des nouveaux outils que de permettre au collectif d’embrasser un nouveau mode de travail plus malléable, plus agile et davantage orienté projets.

Pour cela seule la direction générale sera en mesure de changer les règles au sein de son entreprise.

Bien évidement un changement culturel de cette envergure ne réussira que si elle dispose d’éléments clés qui lui permettront de mettre en place sa stratégie.

Pour cela il est important de savoir qu’il existe différents type de profils lorsqu’un changement est en route dans une organisation :

 

  • Les réfractaires : Ce sont ces personnes qu’il faudra, tout au long du processus, convaincre du bien fondé de la démarche, celles qui se saisiront de chaque opportunité de freiner le développement de nouvelles idées en brandissant le spectre de l’échec et du chaos qu’engendrerait le changement dans la manière de travailler.
  • Les neutres : ces personnes représentent souvent la majorité des effectifs d’une entreprise. Elles ne sont pas contre le changement et sont même souvent enthousiastes à l’idée d’une nouvelle organisation dans leur travail. Pour autant elles ne seront pas parties prenantes dans les décisions, se contentant la plupart du temps de suivre les directives qui leurs seront données.
  • Les leaders : ceux sont ces personnes là, qui seront déterminantes dans la réussite de la transformation digitale. Elles auront la charge de guider l’entreprise vers l’objectif stratégique voulu par la direction générale. Elles seront le moteur d’un changement qui doit emmener toute l’entreprise vers sa nouvelle forme.

 

Il est important dans ce contexte de s’appuyer sur des compétences internes avant tout. Car elles sont imprégnées de l’ADN de la société. Cet ADN ne changera pas, seule la manière de travailler et d’accéder à l’information change. Ce serait donc une erreur de confier ce changement uniquement à des personnes extérieures ou fraichement arrivées.

Pour autant quand on veut changer sa façon de faire il est indispensable de s’ouvrir aux idées extérieures. Pour ce faire il paraît inévitable d’intégrer de nouveaux talents qui aideront l’organisation à évoluer.

Mais quels profils intégrer ? Dans quel département, une entreprise devrait-elle investir ?

Il est important de se rendre compte que toutes les fonctions de l’entreprise sont impactées :

 

  • L’informatique, bien sûr, car il faut intégrer les nouveaux outils.
  • Le marketing, car la communication passe par le réseau.

 

Il ne faut pas oublier par contre que tous les autres départements doivent également être impliqués. La finance, le commercial, les ressources humaines auront leur propre leader digital.

Nous accompagnons justement les entreprises dans ce sens pour trouver des talents dans la protection / sécurité des données, la mise en place de réseaux sociaux d’entreprise, ainsi que le recrutement de leur Chief Digital Officer.

Ces nouvelles fonctions seront déterminantes pour garantir le succès de l’entrée de ces entreprises dans l’ère digitale !

 

Article rédigé par Didier Brean, Directeur adjoint en Digital et IT, Morgan Philips Executive Search Suisse

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire