Morgan Philips Group acquiert les activités de recrutement d'Hudson en Europe

Voir
Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Alors que le paiement par téléphone a été introduit au grand public avec Apple Pay notamment grâce au développement de la technologie NFC, le principe lui n’est pas nouveau. Et c’est en Afrique sub-saharienne que ce concept est né.

Selon un rapport de GSMA portant sur les services d’argent mobile publié en 2015, ce moyen de paiement est aujourd’hui disponible dans 93 pays à travers 271 services.

service argent mobile

Et c’est le M-Pesa (Pesa : Argent ; en Swahili) qui ouvre le bal. Lancé au Kenya en 2007 par Safaricom, ce moyen de paiement capable d’assumer presque toutes les fonctions d’une carte bancaire, rencontre depuis, un fort succès auprès d’utilisateurs aussi bien venus d’Afrique, du Moyen-Orient ou même d’Asie du sud.

Ce moyen de paiement a vu le jour lorsqu’un groupe de personnes avait pour objectif de faciliter le processus de remboursement d’un microcrédit.

De part sa simplicité, le projet rencontre un fort succès auprès de la communauté locale et son utilisation commence à être déclinée pour des opérations du quotidien comme le paiement d’opération marchande et de facture, le transfert d’argent à ses proches, ou même la possibilité de percevoir son salaire.

Dans la foulée, l’Etat Kenyan a lancé M-Akiba, l’épargne mobile, devenant ainsi le premier émetteur d’obligations accessibles uniquement par téléphone. Cette méthode de paiement est devenue une une réelle chance pour le gouvernement Kenyan devenu un utilisateur fréquent de ce service.

L’instauration de M-Akiba permet de réduire le niveau de restriction qu’impose le système bancaire traditionnel dans l’émission et l’acquisition d’obligations puisque le prix minimum d’émission passe de 500$ à 29$. Cela permet pour le gouvernement de contracter un prêt domestique et pour les citoyens kenyans d’épargner sans devoir passer par un intermédiaire.

Cette démonétisation s’explique par un système bancaire très peu exploité à l’heure actuelle où seulement 20% de la population possèdent un compte bancaire.

Un marché à conquérir ?

Toujours selon les données de GSMA, au moins quinze prestataires reportent une activité en forte croissance avec un chiffre d’affaires supérieur à 1 Million USD en juin 2015. Enfin, selon une publication du cabinet de conseil Boston Consulting Group, cela ne fait que commencer puisque que le marché du paiement mobile devrait représenter 1,5 Milliards USD d’ici 2019 avec plus de 250 millions d’utilisateurs potentiels.

Sources : https://www.economist.com/news/finance-and-economics/21724419-and-may-soon-become-nation-bondholders-kenya-launches-worlds-first;https://www.bcg.com/publications/2015/financial-institutions-telecommunications-africa-blazes-trail-mobile-money.aspx;https://www.gsma.com/mobilefordevelopment/wp-content/uploads/2016/02/SOTIR_2015_French.pdf

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire