Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Alors que leurs aïeux ont quitté le continent africain pour rejoindre la France dans les années 1980, nous constatons aujourd’hui le phénomène inverse : les talents de la diaspora souhaitent retourner sur les terres de leurs ancêtres. En effet, après avoir effectué leurs études dans de prestigieuses écoles françaises, retourner en Afrique leur paraît comme une évidence.

Ainsi, 76% des talents issus de la diaspora souhaitent retourner en Afrique pour participer au développement du continent africain.

Comment expliquer une telle attractivité ? Le continent africain offre une pleine capacité de développement économique alors que l’Europe, à contrario, sature. De nombreux pays sont particulièrement attractifs aujourd’hui. C’est le cas par exemple du Kenya, du Sénégal, … qui ne cessent d’augmenter leur taux de croissance. Par ailleurs, les offres d’emploi et capacité d’accueil de talents en Afrique ne cessent d’augmenter.

Alors que certains n’auraient jamais pensé retourner en Afrique, il a suffit pour certains d’un seul voyage sur le territoire africain pour leur donner envie de revenir sur les traces de leurs aïeux. Pour se faire, les talents de la diaspora préfèrent d’abord acquérir une première expérience en France pour développer leurs compétences. Par la suite, leur départ pour l’Afrique s’impose.

Une fois en Afrique, les talents de la diaspora souhaitent mêler développement du continent avec amélioration de l’image renvoyée à l’international et avec aide aux populations les plus défavorisées.

Ainsi, avec ce retour à leurs origines, la France doit aujourd’hui ruser pour attirer et garder les meilleurs talents africains. Le retour des talents en Afrique est un phénomène bien affirmé qui est donc à surveiller.

Source : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2018/09/21/les-enfants-de-la-diaspora-tentes-par-l-afrique-de-leurs-parents_5358538_3212.html

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Les commentaires sont clos.