Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Un concept

Le concept sur lequel repose la microfinance existe depuis bien longtemps. Le principe est simple, fournir des services financiers aux personnes n’ayant pas accès au circuit bancaire traditionnel.

 

microfinance

 

C’est l’économiste Muhammad Yunus qui, en 1976, fonde la Grameen Bank afin de venir en aide aux producteurs et fabricants des villages au Bangladesh. Après avoir rencontré un fort succès dès son lancement, la Grameen Bank est désormais présente dans 80.000 villages et a inspiré bon nombres des institutions présentes aujourd’hui sur le marché de la microfinance.

Ces institutions se sont d’ailleurs démultipliées et se déclinent aussi bien sous la forme d’organismes caritatifs que lucratifs. On observe une croissance de ces dernières de 1200% entre 2002 et 2012 avec près de 81.5 milliards de prêts octroyés dans le monde. C’est en Asie, en Amérique Latine ainsi qu’en Afrique que ces organismes opèrent de manière majoritaire.

 

La microfinance en Afrique

 

On le sait, un projet professionnel nécessite souvent un investissement initial afin de pouvoir évoluer et espérer dégager des bénéfices sur le long terme.

La solution première est souvent la contraction d’un prêt afin d’assumer les premiers coûts de lancement relatifs à ces projets.

Cependant, avec un système bancaire encore peu développé, les TPE & PMEs africaines se voient souvent manquer de ces ressources financières. En Afrique, la microfinance est parfaitement adapté comme outil de financement permettant de palier à cette contrainte. Elle permet de lutter  contre la pauvreté en offrant une alternative aux familles souhaitant s’engager dans des activités productives et permet également de porter des projets innovants.

C’est le cas par exemple, de la coopérative villageoise des riziculteurs et maraichers de Boutena au Bénin. Appuyer par un projet de développement et d’un micro prêt, cette coopérative a pu développer une activité marchande et commencer à dégager des bénéfices.

D’autres projets ont également vu le jour, toujours dans l’agriculture, avec des TPE positionnées sur le marché du beurre de karité, ou encore du coton comme au Burkina Faso, au Togo ou encore au Ghana. Toutefois, la microfinance s’est également inscrite dans l’accompagnement de projets professionnels ou sociétaux dans les TIC, comme avec Hivos en Afrique de l’Est.

La microfinance est encore un secteur fortement prometteur et porteur d’avenir en Afrique. Si l’enjeu est aujourd’hui de réussir à élargir le portefeuille cible concerné, en s’orientant d’ailleurs plus vers les PME que les TPE – voire entreprises individuelles -, la microfinance est aujourd’hui partie intégrante des économies du continent et a d’ores et déjà fait émerger quelques entreprises durables.

 

https://www.microfinancegateway.org/fr/library/barom%C3%A8tre-2014-chiffres-cl%C3%A9s-de-la-microfinance-dans-le-monde

https://www.microworld.org/fr/content/propos-microcredit

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire