Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

La transformation numérique, à l’œuvre depuis 30 ans, s’accélère et modifie en profondeur nos modes de vie et nos organisations. Les entreprises sont confrontées à de nouvelles problématiques sécuritaires. Si le numérique n’est plus simplement l’apanage des spécialistes, assurer la sécurité des données, des systèmes, des accès, implique en revanche une haute maîtrise technique et une profonde compréhension des enjeux. La sécurité des systèmes d’information, fonction émergente qui se transforme au rythme des innovations technologiques, façonne de nouveaux besoins en compétences.

 

 

???????????????????????????????

 

 

 

  • L’émergence de nouveaux besoins

La sécurité numérique était il y a encore une dizaine d’années l’apanage du secteur bancaire. Les métiers s’y rattachant impliquaient une véritable gestion des risques et concernaient des profils très techniques. Mais la généralisation des outils informatiques a considérablement élargi le champ d’action de ces profils. Désormais rattachés à la fonction système d’information ou directement à la direction générale, ces postes ont acquis une dimension stratégique. Dans un environnement où l’information est à la fois massive et diffuse, où l’entreprise n’est plus définie par l’unité de lieu, les métiers de la sécurité supposent l’identification de risques nouveaux et l’élaboration de recommandations pertinentes malgré la mouvance des pratiques. A ce besoin largement partagé (ingénieur sécurité, auditeur sécurité…) s’ajoutent des besoins plus sporadiques de talents capables de tester les solutions adoptées (hackeurs, pen testeurs…).

 

 

  • Trop peu de talents en France

La France compte peu de formations en ingénierie des SI. Les métiers organisationnels sont souvent préférés à ceux de la sécurité. Les jeunes ingénieurs ont longtemps boudé ce secteur par manque d’informations. Cette tendance s’estompe peu à peu grâce à l’émergence d’une communication régulière et séduisante. Le 7e Forum International de la Cybersécurité par exemple, tenu à Lille fin janvier, a été le sujet le plus populaire sur Twitter France le jour de son organisation. Cet événement a réuni 4 350 participants de 73 pays différents. Cette forme de communication massive émerge aujourd’hui car les risques se sont diversifiés et les entreprises recrutent de plus en plus de profils spécialistes de la sécurité.

 

 

  • Le marché de la cybersécurité s’élargit.

Diverses structures recherchent des profils spécialisés dans la sécurité. Les éditeurs de logiciels, s’ils sont les recruteurs historiques de ce type de profils, ne sont plus les seuls à tenter de les séduire. Les grands groupes enrichissent leurs équipes dédiées au système d’information afin de ne pas avoir à externaliser la gestion des risques. Les cabinets de conseil spécialisés en sécurité aussi sont en demande de talents en mesure de répondre aux nouveaux risques nés de l’amenuisement des frontières entre vie professionnelle et vie personnelle (télétravail, multidevice…). Enfin, le gouvernement aussi recherche des candidats en mesure d’assurer la confidentialité des informations, de prévoir les risques à venir et d’y apporter une solution.

 

 

La demande pour ces compétences ne cesse donc de croître. Peu de profils correspondent aux exigences de ce secteur en France mais le marché est international et les meilleures pratiques des autres pays, Etats-Unis en tête, arrivent progressivement dans l’hexagone grâce à des événements majeurs tels que le FIC.

 

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire