Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Philofriday18

 

Une vie professionnelle épanouie ne consiste pas à se connaître professionnellement parlant dès la fin des études, mais à se construire et à progresser continuellement. Les obstacles que vous rencontrez sont vos futurs points forts ! N’essayez pas de réécrire l’histoire mais trouvez la ligne directrice de vos actions. Comprendre a posteriori ce qui a motivé vos choix se révélera bien plus payant que de maudire le monde entier parce qu’un de vos projets s’est révélé vain. Faites-vous confiance et apprenez à vous connaître !

« Se connaître ce n’est pas se changer » me direz-vous peut-être. Erreur ! En vous plongeant dans une introspection honnête et constructive, vous transformerez votre perception de vous-même et de vos expériences plus ou moins heureuses. PDG ou employé, jeune diplômé ou senior, la réflexion sur soi-même n’est mauvaise pour personne. Prenons un exemple qui m’est familier : celui du recruteur.

Un recruteur en cabinet se trouve à la croisée du besoin de l’entreprise et des aspirations des candidats. Or, le profil idéal n’existe pas toujours et quand c’est le cas, il arrive qu’il ne soit pas disponible. Dans un monde meilleur, les talents les plus prisés seraient tous prêts à venir dans l’entreprise pour laquelle on recrute. Mais dans notre monde à nous, il faut se battre pour recruter la personne qui changera la donne. Ainsi, tout le talent du recruteur résidera dans son approche du talent, dans la relation de confiance, l’authenticité et la compréhension de ses blocages. L’intelligence émotionnelle apparaît comme l’élément le plus important dans les métiers qui impliquent un contact avec des individus. Or, afin de répondre aux doutes d’autrui, il est indispensable d’y avoir soi-même été confronté et de les avoir surmontés. Un recruteur imbu de sa personne, pas assez à l’écoute, ne parviendra jamais à pourvoir le moindre poste. Un recruteur qui a connu l’échec et qui s’en sert, lui, saura performer à moyen terme. Regarder avec dépit ce qui aurait pu se produire dans d’autres circonstances est une perte de temps. Comprendre pourquoi on a échoué et comment on réussira la prochaine fois, c’est ça se changer soi-même !

 

Charles-Henri Dumon, CEO & Founder of Morgan Philips Group

@CHDumonMorgan

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire