Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Theophile-gautier.jpg

Le succès n’est pas forcément là où on l’attend. Nous concevons la réussite comme le fruit du dépassement de soi. Mais pour se dépasser, il convient au préalable de connaître ses limites. C’est exactement comme lorsque vous faites du sport : lorsque vous vous étirez, il est parfaitement contre-productif de forcer outre mesure. Au lieu de réussir, vous allez vous blessez et ne pourrez plus pratiquer la discipline qui vous plaît tant. Il en va ainsi pour tout. Vous êtes dans une entreprise depuis plusieurs années, vous avez gagné en responsabilités et n’avez plus de véritables perspectives d’évolution. Vous vous levez le lundi matin à contrecœur parce que vous savez que vous allez travailler soixante heures dans la semaine mais que vos missions ne vous animent plus. Vous ne voyez plus votre famille, vous êtes épuisé psychologiquement et physiquement et vous êtes malheureux. Tout le monde vous conseille de partir et pourtant, vous avez des responsabilités et le marché du travail étant incertain, personne n’y croit vraiment. La solution raisonnable est de rester.

Pourtant, il existe des alternatives. Plutôt que d’en arriver au burnout et de tout plaquer, sachez identifier les signes avant-coureurs de la lassitude. Vous n’êtes pas au début de votre carrière, vous avez appris à vous connaître pendant toutes ces années. Il s’agit désormais de prévenir et non de guérir. Or, la prévention passe par l’écoute du marché. Vous avez tout intérêt à partager vos besoins avec vos amis, toujours dans le respect de votre employeur actuel bien sûr. De nombreux postes sont pourvus par le réseau et la cooptation. Mais vous ne saurez pas vous mettre en valeur si vous êtes trop las. Ainsi, faites en sorte que vos amis plus ou moins proches comprennent ce en quoi vous êtes bons, afin qu’ils pensent à vous si leur entreprise cherche des talents. Se voir proposer des postes, même sans les accepter, redonne confiance en soi et permet de renégocier certains éléments de son contrat. En plus de vos amis, vous pouvez aussi prendre contact avec des recruteurs. Si vous êtes en poste et ne comptez pas partir tout de suite, indiquez-leur. Ils sauront que vous êtes en recherche passive et ne vous contacteront que pour les offres les plus intéressantes.

N’oubliez pas : avoir le choix est le plus grand des luxes !

Charles-Henri Dumon, CEO & Founder of Morgan Philips Group
@CHDumonMorgan

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire