Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

surf

 

Nous retrouvons notre surfer au line up, la zone au large où se trouve les surfeurs pour attendre et prendre les vagues. Cette zone se situe derrière la barre qui correspond à l’endroit où les vagues déferlent.

L’objectif de tout surfeur, c’est d’être au line up à la bonne place, au bon moment. Autant les vagues de rochers, de corail se lèvent régulièrement au même endroit, autant les vagues de sable se décalent souvent en raison de l’altération permanente des bancs de sable. Enfin le surfeur est rarement seul au line up à convoiter la vague.

Autant d’éléments communs avec le monde des affaires. Le manager doit scruter l’horizon pour voir la vague se former, se positionner au bon endroit, démarrer au bon moment sur la vague. Tout cela pour que vous, le manager ou le surfeur, vous seul preniez la vague que tout le monde convoite dans les meilleures conditions.

Le surfeur va attendre parfois longtemps que la vague se lève devant lui après avoir accompli son voyage de milliers de km. A ce moment il va ramer pour ne pas se faire dépasser par la vague qui a sa propre vitesse. C’est là, pour tous les surfeurs un moment magique, se faire soulever par la vague, faire corps avec sa vitesse et son mouvement. Grande leçon pour le manager que de toujours essayer de faire corps avec le mouvement, le changement pour ne pas se faire dépasser.

Le surfeur ne peut vivre que sur le bord de la vague, s’il se retrouve dans l’écume, son voyage s’arrête rapidement faute de vitesse ou tout simplement parce qu’il va chuter. Il doit s’accommoder du côté imprévisible de la vague afin d’être toujours placé sur son bord. Ainsi le manager doit cesser de vouloir tout contrôler, il doit se connecter avec son environnement immédiat et se servir de la force des différents éléments interconnectés, les réseaux et les communautés, pour avancer. Etre flexible, rester connecté et s’entendre avec le changement et le mouvement.

Une autre leçon donnée par ce sport est la capacité à changer rapidement d’attitude. En effet, le surf alterne plusieurs phases de calme, d’explosion, d’adaptation fluide… Donc dans votre entreprise, apprenez à observer votre environnement extérieur, réfléchissez puis placez vos idées sur le marché, puis ramer fort pour les faire décoller.

Enfin l’humilité et le courage sont les deux qualités essentielles du surfeur et que doit avoir tout manager. Courage de se risquer au devant de la houle, de bien se placer, d’essayer de composer avec elle pour éviter qu’elle ne déferle sur lui et enfin glisser avec elle. L’humilité aussi devant la force de la vague, tout d’un coup vous avez cet énorme mur d’eau qui se lève devant vous et qui est incontrôlable. Au mieux votre mouvement va être en concordance avec lui. Combien de managers échouent par manque de courage ou d’humilité ? Combien fuient les événements extérieurs ? Combien refusent le changement ? Combien refusent de s’adapter ? Combien aussi ne font preuve d’aucune humilité, sûrs de leur toute puissance, pour finir engloutis par des événements qu’ils n’ont pas cherché à comprendre.

Prochain numéro : le take off, c’est aussi une manœuvre clé du surf. C’est le moment où vous avez pris la décision de prendre la vague et ce n’est pas le moment de douter.

Charles-Henri Dumon, CEO & Founder of Morgan Philips Group
@CHDumonMorgan

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire