Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

allumettes

 

Le charisme doit-il être défini pour être compris ? Loin de correspondre à un savant mélange d’élégance et de bagout, ce que le commun des mortels nomme charisme se situe justement au-delà de la simple équation. Car le charisme, tout en étant reconnu par tous lorsqu’il se manifeste, ne saurait être singé. Les méthodes abondent en matière de développement personnel, de conviction, de leadership. Pourtant le constat ne laisse aucun doute : certains l’ont, d’autres non. Alors que faire lorsque, exclu des happy few leaders nés, soulever des foules d’une simple harangue ne coule pas de source ?

 

• La vision

 

La réussite sociale et personnelle est aujourd’hui intrinsèquement connectée à l’évolution professionnelle. Dans un idéal républicain méritocratique, c’est en travaillant dur que l’individu gagne sa place dans la société. Or, du travail acharné naît la vision. Un visionnaire ne peut se reposer sur cette aura mystifiante qu’on nomme charisme. Non, un visionnaire est avant tout un maniaque du travail. La bonne approche d’un secteur, d’un métier ou d’un pays permet de voir au-delà des rouages classiques et alimentent la réflexion. Le terreau de la vision n’est autre que le travail.

 

• Volonté

 

Le visionnaire sait se faire écouter. Ou plutôt, apprend à se faire écouter. Rien d’inné là non-plus. Sinon de la persévérance. La légitimité vient avec l’expérience. Apprendre de ses erreurs permet à terme de les surmonter. Le charisme du vieux sage, et sa sagesse elle-même, ne sont que le fruit d’une vie de travail. En se heurtant sans cesse aux mêmes écueils, arrive un moment où certains abandonnent, quand d’autres trouvent le moyen de les surmonter. Plutôt que du charisme, il s’agit là de volonté. Par sa volonté et son expérience, le visionnaire voit au-delà des obstacles, et convainc les autres de le suivre.

 

• Valeurs

 

Mais si les autres acceptent de le suivre dans des situations périlleuses, n’est-ce pas justement grâce à une aura mystérieuse ? Non. Il s’agit là de confiance, et de valeurs partagées. Le leader en partageant sa vision, partage aussi le chemin par lequel il souhaite la concrétiser. Or, pour construire ensemble, les individus doivent être d’accord sur certaines valeurs. Le leader doit être à l’écoute afin de choisir, de connaître et de gagner la confiance de ses collaborateurs. Il doit être honnête, avec les autres mais aussi avec lui-même, et reconnaître ses torts lorsqu’il se trompe. Ainsi naîtra la confiance et l’autorité naturelle doublée de bienveillance souvent appelées « charisme ».

 

 

Louis Espinassou, Deputy Managing Director, Morgan Philips Executive Search France

Email to someoneTweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire